Mon premier coup de blues d’entrepreneure

C’est bien connu, le parcours entrepreneurial est plutôt en dents de scie. Encore au stade de porteuse de projet, j’ai récemment connu mon premier blues. Petit moment de doutes et de déprime depuis surmonté et balayé de la main !

Jeune femme recherche associé-e-s pour entreprendre de belles choses

Ruben et moi, c’est fini ! Associé à distance et à temps partiel, il était de moins en moins disponible pour me faire des retours. Ayant senti le truc, j’ai effectué le premier pas pour qu’il mette à plat ces choses qu’il avait du mal à m’exprimer. Me voilà donc à entreprendre seule.

Le projet est encore au stade de l’idée, rien n’avait été produit de son côté, donc nous ne séparons pas fâchés ! Toutefois, ce serait mentir que de faire croire que cette nouvelle n’a pas entaché mon moral.

Si je candidate au statut d’étudiant entrepreneur, c’est parce que j’ai besoin d’un accompagnement. Je m’imagine ainsi également assez peu réussir une telle entreprise seule… Je pense qu’avoir un associé est bénéfique au développement et à l’inspiration.

Mais même seule, je me lance, ce coup de blues ne m’arrêtera pas !

Mon chéri (j’en parlerai plus tard haha) m’a rassurée et a raison. Ce n’est pas la fin du monde, je peux très bien continuer à avancer seule. L’idée est de produire tout ce que je peux sans CTO, m’ouvrir à d’autres et faire des rencontres pour trouver mon/ma/mes futur-e-s associés. D’ailleurs ce travail me permettra d’affiner au fond les qualités et compétences dont le projet a besoin.

Donc c’est re-parti mon kiki, je retrousse mes manches et double d’efforts !

JohannM entrepreneure persévérance même seule

Et toujours grâce à mon chéri Mister H. dont je suis très reconnaissante, j’ai fait le plein de MOOC grâce à une offre promotionnelle sur Udemy.com. Reste à suivre, valider et savoir appliquer ces cours désormais ^^

YOLO GO GO GO

Laisser un commentaire