Journal de bord d’une jeune entrepreneure : épisode 2 !

JohannM_entrepreneure entrepreneuse

Bonjour à toutes et à tous ! Ces dernières semaines ont été marquées par des réflexions sur les opportunités à créer et à saisir.

Pour être entrepreneur-e, faut-il être chanceux ?

Parmi les ingrédients de la recette miracle pour réussir sa startup, je note que le facteur chance joue tout de même. Dans mon précédent article, je vous partageais mon manque d’aisance pour participer (efficacement) aux soirées networking. Bon OK j’ai compris la leçon, j’apprends doucement à mieux gérer la prise de parole en public et écoute attentivement des exemples de pitch. L’idée étant d’oser me présenter pour pourquoi pas, découvrir des opportunités que j’ignorais car si ce n’était pas moi qui faisais le premier pas, pas sûr que les autres s’en chargent à ma place. Donc on en vient à l’idée de provoquer un peu la chance.

Mais si vous n’êtes pas d’un naturel chanceuse… comment faire ? Okay pour positiver et donc voir le bon côté des choses, garder espoir pour se dire qu’on repèrera alors des fenêtres profitables mais dans le fond… La poisse, ça se soigne ? C’est grave Dr. ?

Parmi les opportunités à provoquer : les concours

Séduite par le statut étudiant entrepreneur, je souhaite candidater pour la rentrée 2017/2018. Or le Prix PEPITE – Tremplin pour l’Entrepreneuriat Etudiant 2017 vient d’être lancé, pour sa 3e édition. À la clé : une aide financière et une place dans le PEPITE de rattachement pour la prochaine rentrée, sous le fameux statut que je vise donc.

Statut étudiant entrepreneur : prix PEPITE Tremplin intérêt et opportunités
J’ai beaucoup réfléchi à candidater ou pas. Je me suis dit que ce serait une voie supplémentaire donc un moyen d’augmenter mes chances d’être admise.

Néanmoins, j’ai pris en compte le fait que je sois toujours en poste ce qui me prend un temps et une énergie considérables, qu’ils demandent à ce que l’on fournisse un BP alias Business Plan complet et que les dates tombent en même temps que le calendrier des admissions traditionnelles et que le jour clé de mon projet en entreprise. N’étant pas encore super woman, et estimant que pour bien gérer une entreprise il faut savoir être réaliste, j’ai pris la décision de ne pas saisir cette opportunité-ci.

Je ne suis pas encore au stade de participer à des concours. Et il y en a tellement à foison ! Je préfère autant bien sélectionner ceux étant les plus pertinents, ceux pour lesquels je peux et je veux m’investir. Car finalement, la préparation d’un concours est un long travail, et autant concourir pour gagner non ? 😉

 

1 Commentaire

  1. Hâte d’avoir tes premiers retours sur tes différentes participations (même si c’est dans longtemps !) 🙂
    Belle continuation !

Laisser un commentaire